L’erreur de représentation

La désorientation spatiale, phénomène qui est à l’origine d’accidents connus, mérite d’être décrite pour nous aider à mieux comprendre l’origine de quelques troubles dans nos comportements et pourquoi pas pour en limiter le risque d’occurrence.

Mise en situation

Le rapport d’un « bureau d’enquête accident » à propos de la disparition d’une escadrille dans le triangle des Bermudes a livré des conclusions intéressantes :

Au cours d’un exercice de survol de l’Atlantique, l’escadrille s’étonne de ne pas trouver l’île qu’elle aurait dû survoler. Les conversations radio sont à peu près celles-ci :

– Nous sommes un peu perdus ; dites nous ce qu’il faut faire.
– Vous êtes à l’est de la Floride ; dirigez vous vers l’ouest, vous allez survoler la terre et vous longerez la côte pour rentrer à Miami.
– Nous n’avons pas beaucoup d’essence et, en plus, je ne trouve plus l’ouest, mes instruments sont faussés.
– Chef ! Les miens marchent ; vous n’avez qu’à me suivre. On va par là !
– Non, pas par là ! Vous vous trompez, c’est dans l’autre sens !
– Mais chef, mes instruments…
– Ne discutez pas, c’est moi le chef, suivez moi !

S’ensuivent la disparition de l’escadrille et des interprétations diverses sur des phénomènes extraordinaires autour du triangle des Bermudes, etc.

Une représentation erronée de la réalité

En analysant ce que l’on a pu savoir des positions réelles et des trajectoires, la conclusion retenue comme cause réelle de l’accident est la désorientation spatiale du chef d’escadrille.

Celui-ci avait construit une représentation erronée de la réalité. Il pensait qu’il était de l’autre côté de la Floride et à partir de là, il n’a pas pu entendre les informations qui lui étaient données. Elles étaient toutes filtrées et interprétées.

On lui a dit de se diriger vers l’ouest pour rejoindre la côte, mais sa désorientation spatiale avait ancré dans son cerveau l’idée qu’il survolait le golfe du Mexique. Si cela avait été vrai, mettre le cap à l’ouest l’aurait éloigné de la côte. Il a donc remis en cause ses instruments, comme ce que lui disaient les personnes dont il était encore plus facile d’imaginer qu’elles se trompaient. Ce dysfonctionnement a finalement conduit à la perte de l’escadrille.

Si la représentation mentale erronée est une cause fréquente d’accidents industriels majeurs (une personne a eu une réaction inappropriée par suite d’une interprétation erronée de la situation), cet exemple nous montre comment la désorientation d’un individu peut en être l’une des causes les plus graves.

Pour résumer tout cela par une évidence : même si vous savez où vous voulez aller, si vous ne savez pas où vous êtes, vous ne pouvez pas prendre la bonne direction ! Et il vous est pratiquement impossible d’entendre les indications de ceux qui vous disent vers où vous tourner.

Aider ses collaborateurs à savoir où ils sont

Pour conclure, une suggestion aux managers : si vous aidez vos collaborateurs à savoir exactement où ils sont, vous avez plus de chance de les voir se tourner dans la bonne direction et plus de chance qu’ils vous entendent lorsque vous leur indiquez la direction à prendre.

Si vos collaborateurs ne savent pas où ils sont, il vous reste une toute petite chance qu’ils arrivent à bon port. Il suffit qu’ils vous fassent confiance voire même une confiance aveugle.

Mais ceci est une autre histoire…

 

Share This