Gérer les compétences individuelles et collectives

Chez Groupe Euris, nous fondons notre pédagogie sur des mises en situations déjà vécues, pressenties ou à venir. Dans cet article, nous abordons une dimension clé de la fonction managériale, la gestion des compétences individuelles et collectives, à travers une analogie avec la cuisine. Proposée par l’un de nos consultants sur la base d’une expérience personnelle, celle-ci permet de mieux comprendre qu’il en est pour les managers comme pour un cuisinier : pour que la recette soit un succès, il est nécessaire de se préoccuper avec la plus grande attention des caractéristiques de chacun comme du lien entre eux et du but commun.

Démonstration avec “la ratatouille de ma belle-soeur” !

La ratatouille de ma belle-soeur

Vous savez peut-être faire une bonne ratatouille, mais il y a peu de chance qu’elle soit aussi délicieuse que celle de ma belle-sœur. Sa façon de procéder, qui combine attention à chacun des ingrédients et recherche d’harmonie de l’ensemble, m’a inspiré une réflexion sur le management.
Tout d’abord, il faut savoir que le mot ratatouille désignait autant un plat qu’une façon de procéder : mélanger un certain nombre de légumes et les faire revenir avec divers ingrédients. La qualité finale de la ratatouille dépend du choix et de l’équilibre des différents légumes, de la façon de les faire sauter et les assaisonner tous ensemble.

Joëlle, ma belle-sœur, avant de faire cuire ensemble les légumes, les prépare individuellement avec patience et amour. Elle les fait mijoter et les assaisonne comme s’ils allaient être consommés seuls. Enfin, elle les réunit pour la cuisson finale, celle qui fait passer les odieuses courgettes au rang de composante majeure d’un chef d’œuvre. C’est cette cuisson finale qui permet de trouver les équilibres indispensables, d’ajuster le dosage des épices et d’intégrer chaque ingrédient dans la réussite collective.

Analogie avec le management

On peut faire l’analogie avec le management. La qualité des équipes dépend du choix et de l’équilibre entre les personnes comme de la façon dont on leur donne un goût commun : les principes, les méthodes et la culture commune. Pour que l’équipe réussisse, il est préférable que chacun donne le meilleur de lui-même et mette au service du groupe toutes ses compétences.

Cuisiner ou manager : le même savant mélange

Le rôle du manager est, à la fois, de faire travailler ensemble les membres de son équipe, de favoriser l’engagement individuel et la réalisation du potentiel de chacun. Ainsi, communiquer avec l’ensemble de l’équipe est plus simple pour un manager qui communique avec chacun de ses collaborateurs. Gérer les conflits dans un groupe est pour un manager d’autant plus facile qu’il contribue au bien-être professionnel de chacun de ses équipiers.

Capacités individuelles vs. harmonie collective : à quoi donner la priorité ?

Si vous avez encore un doute sur ce qui doit être la priorité pour un manager entre le renforcement des capacités individuelles ou du fonctionnement collectif, imaginez-vous dans la peau d’un chef d‘orchestre. Qu’est-ce qui fait le résultat final, qu’allez-vous privilégier : la virtuosité musicale de chacun ou l’harmonie de l’ensemble ?

Share This