Des techniques toutes personnelles

En rangeant des documents, nous exhumons une sorte de trésor : des fiches techniques écrites au début des années 80 au fil de lectures réalisées autour du thème « comment manager intelligemment ? ».

Nombreuses sont les fiches dont les idées sont tirées de livres comme le « Manager Minute » ou « Up the organization », un livre écrit en 1970 par Peter Townsend, que nous avions alors épluché et dévoré avec gourmandise.

En les redécouvrant, sur leur papier jauni, nous nous sommes demandé quoi en faire : en faire de vraies fiches techniques ? Les jeter ?

En les relisant avec attention, nous constatons finalement, un peu interloqués, la fraîcheur et l’actualité de leur contenu. Chacun de ces concepts a inspiré jour après jour et inspire toujours aujourd’hui notre façon de manager.

Nous vous en livrons donc quelques-uns, dans l’espoir qu’ils vous feront sourire, et pourquoi pas qu’ils vous seront utiles.

 

Déléguer

  • Un manager soucieux, avant tout, de l’intérêt de sa société fait le maximum des mauvais boulots qu’il peut et délègue au maximum les boulots intéressants.
  • Ne pas faire ce qu’on ne peut pas faire de façon excellente, car cela ne sera ni marrant, ni profitable.
  • Éliminer les excuses invoquées pour erreur. Pas d’excuses en cas d’erreur ! Et pour y parvenir, le faire savoir et demander souvent s’il y a quelque chose que vous pourriez faire pour aider chacun.

Déterminer les salaires

  • Nul ne peut être efficace s’il n’a pas les moyens de subvenir correctement aux besoins de sa famille.
  • Le salaire rémunère une mission, le bonus rémunère une variation de performance.
  • Limiter les rémunérations au sommet en ne réglant pas l’intéressement uniquement au prorata du salaire.
  • Il n’est pas nécessaire de payer plus cher les responsables que certains talents particuliers, en revanche il est nécessaire d’avoir des responsables…

Contrôler le temps de travail

  • Il y a un temps pour avancer et un temps pour retourner sur ses pas. Un temps pour tourner autour de son boulot, un temps pour le contempler et un temps pour juste en rigoler.
  • Foutez la paix aux gens, n’exigez pas d’eux qu’ils soient constants dans l’effort, exigez des résultats.

Gérer les conflits

  • Il est sain que les gens se battent pour leurs convictions.
  • Ne pas chercher à éliminer les conflits. Faire juste en sorte qu’ils ne drainent pas toutes les énergies.
  • La conviction est un feu qui se consume de lui-même quand on se démène pour essayer une idée.
  • Il est sain que les collaborateurs se sentent autorisés à combattre leur patron quand ils pensent qu’il se trompe.
  • L’annonce prématurée de ce qu’on va faire donne aux opposants le temps de construire une défense solide. Alors mieux vaut n’en rien dire, se taire…

Structurer l’organisation

  • La seule excuse pour mettre en place une organisation est de maximiser les chances de chacun.
  • Un organigramme est démoralisant : personne n’aime penser à lui-même EN-DESSOUS de quelqu’un d’autre.
  • Écrire l’organisation au crayon, sans la formaliser ni la communiquer. Les bonnes organisations vivent, évoluent, grandissent.
  • Pour la communiquer, la forme d’un sommaire est préférable, sans dessin de positions hiérarchiques, par ordre alphabétique par exemple.

Manager en utilisant les techniques agricoles

  • Procurer le bon climat,
  • Distribuer les engrais adéquats,
  • Laisser au maximum les gens pousser eux-mêmes.

Et la dernière, indispensable :

  • Considérer que travailler est une activité aussi naturelle que jouer ou se reposer, il n’est donc pas nécessaire de perdre son temps à obliger les personnes à travailler.
Share This